LES VISITEURS

vendredi 28 octobre 2011

MUSIQUE:UNITED BROTHERS NOUS INVITE AU PAYS BASSARI



 A la fondation Konrad Adenauer, "United Brother", un groupe de rap bassari a lancé son premier single intitulé "Afo Me Caan" afin de promouvoir les valeurs  de leur culture et de mieux la faire connaitre.







-->
Valoriser la culture Bassari à travers la musique, c'est l'ambition de "United Brothers".Ce groupe de rap de 3 jeunes originaires de Tambacouda, ont lancé leur premier Single intitulé "AFO ME CAAN" (Il est temps de se faire connaître) ce jeudi 27 octobre à l'occasion du ciné club "spécial rentrée" de la Fondation Konrad Adenauer.

Avant la projection du clip de "United Brothers", Madame Bocandé, Chargé des Programmes de la Fondation a souligné dans son allocution qu'il est "important de faire survivre cette tradition millénaire"." Ils allient rythmes modernes et traditions anciennes" a-t-elle indiqué à l'assistance.

Dans le clip, on peut voir une scène montrant un individu ivre, disciple de Bacchus, sur la table duquel les bouteilles de bières sont posées ,entouré de jeunes demoiselles. Pour Wallance Bianquinch, membre du groupe cela est "une manière de sensibiliser sur cette habitude néfaste qui gangrène notre milieu".Outre cette scène, les filles dans le clip sont au au pas des danseuses américaines. Une autre séquence montre la danse traditionnelle avec les masques , le tout aux cadences du rap chanté en langue Bassari. Sur les marches du Monument de la Renaissance aussi, les rappeurs donnent la voix.

Ainsi, pour une société qui veut s'ancrer dans sa culture, choisir le rap comme moyen d'expression peut relever certaines contradictions. Pour Thiasaly , un jeune congolais qui a assisté à la projection du clip des "United Brothers" ,le clip est plus moderne que traditionnel."Il aurait été mieux que ça se tourne en pays bassari" dit-il ajoutant que c'est bien de garder sa culture.

Sur le choix du rap,Albert Boubane, producteur du groupe intervient:"Le rap est une musique très apprécié par les jeunes et nous l'avons choisi pour parce qu'il correspond au message que nous voulons faire passer".

L'occasion pour ces jeunes rappeurs de faire connaître leur langue qui est jusque là beaucoup ignoré par le grand public es saisie et cela justifie un peu le titre "AFO ME CAAN"comme l'explique ici Daddy Oscar, membre du groupe :"Il faut qu'on se montre, qu'on se fasse connaître .On dit que notre langue est minoritaire au Sénégal. C’est pourquoi on a choisi de chanter en bassari pour montrer qu'on existe."

Quant à Pépé Guilavogui, Journaliste-Sociologue,il met le groupe en garde contre ce qu'il appelle le "rap ethnique" ."Le rap est né au États Unis dans un contexte de ségrégation où il était un mouvement d'affirmation de soi. Aujourd’hui, les réalités ont changé. Il y a risque de 'ghettoïsation culturel,' qui peut être un facteur de blocage pour l'épanouissement du groupe dans le temps et dans l'espace, c'est pourquoi il faut penser à l'avenir d'éviter le rap ethnique" explique cet originaire de guinée ajoutant que l'initiative en soi est bonne.

Aïcha Bianquinch est bassari, mais a grandi grand à Dakar, elle avoue sa joie."Je suis contente de voir mes frères sortir à la télé et promouvoir notre culture. Je suis très émue" affirme la jeune demoiselle.

"Je suis peul mais j'habite avec les bassaris. Chaque fois, les chambre en leur disant qu'il n'y a pas d'artistes bassaris. C’est une première et je suis fier pour eux" lance Aminata, Présidente du Groupe de Réflexion et d'action des filles de Kédougou.

La prochaine étape du groupe créé depuis 10 ans va tourner autour d'une série de rencontres et de causeries qui mènera le "United Brothers" vers les endroits où sont installés leurs ressortissants, a-t-on appris auprès du producteur du groupe qui prépare un album où ils ne chanteront pas seulement en bassari.

Le pays Bassari est une région de collines sur la frontière entre le Sénégal et la Guinée, plus précisément dans une zone située à l'Est de Younkounkoun, à l'Ouest de Kédougou et au Sud du fleuve Gambie.

Wikipedia revèle que d'après les recherches effectuées par les scientifiques, les Bassari seraient apparentés aux Bantous d'Afrique centrale et australe. Pour affirmer cela, ils se sont appuyés sur les ressemblances physiques, et les ressemblances culturelles, telle que les parures ou les coiffures.

D'ici là, bonne chance à eux ...







Aucun commentaire:

Publier un commentaire

T'en dis koi?