LES VISITEURS

vendredi 16 août 2013

CHANT CHORAL : Les méthodistes à l’école du Dr Dominique Anoha




La chorale de l’église méthodiste Unie de Koumassi a reçu la visite ce samedi 22 Juin du Dr Dominique Anoha. Cette rencontre entre les choristes de la Cité de Grâces et  le chef de chœur s’est inscrite dans le cadre de la formation en technique vocale initié par cette église.

Au cours des ateliers de travail dans lesquels ont pris part  les chantres divisés en spécialité vocale (alto-ténor et soprano), Dr  Anoha a mis l’accent sur les principes de base du chant avant d’insister sur  les différentes techniques pour y parvenir.

Mais des exercices physiques ont précédé le travail. Les gymnastiques ont permis aux apprenants de se détendre. Une pratique que tente d’expliquer le maestro du jour : « Chanter  est un acte musculaire. Il requiert l’activité de  toutes les parties du corps. Ces exercices permettent  d’activer au mieux la circulation sanguine. L’irrigation des cellules de votre corps doit être effective. Ces exercices permettent de les  régénérer et à lutter contre certaines pathologies». 


PRINCIPES ESSENTIELS DU CHANT CHORAL 


Pour lui, le plus important dans le chant choral est le respect de trois grandes dimensions qui se résument dans les  expressions latines  Dochere Delectaré  Movaré. En d’autres termes, il s’agit à travers le chant d’instruire, de plaire et d’émouvoir. 

A l’en croire,  la chanson doit permettre d’instruire comme le discours d’un orateur devant un public. Elle doit plaire, selon lui,  pour captiver l’attention de ceux qui  écoutent.

« Quand vous vous adressez vous devez vous projeter vers Dieu. C’est la raison pour laquelle vous devez avoir des émotions de contagion afin que ceux qui vous écoutent puissent percevoir l’onction que vous portez en vous », a lancé le  Docteur Anoha  à environs 150 choristes.

Le discours théorique a vite fait de laisser place à une pratique vocale à laquelle se sont adonnés  les chantres ayant l’air impatient. Ils se sont entrainés à des exercices  de vocalise selon leur timbre vocal. Ensuite, ils ont appris un chant,  « Mon âme a soif du Dieu vivant» qui est une composition du professeur. Par groupe de cinq, ils sont passés à tour de rôle pour extérioriser ce qu’ils ont appris.

La plus part des choristes sont des néophytes à ces différentes techniques comme le confie ici une soprano : «  Avant je chantais juste pour le faire, mais avec lui, je me rends compte que chanter ce n’est pas seulement ouvrir sa bouche. Je suis vraiment heureuse de pouvoir apprendre à ses côtés ».

En attendant, ils auront à cœur de maîtriser les  techniques vocales qui leur ont été apprises afin d’améliorer leur manière de chanter.

BIOGRAPHIE DE ANOHA DOMINIQUE CLOKOU


Dominique  Anoha Clokou est Professeur de musique et musicologie à l’Ecole Normale Supérieur de l’Université de Cocody à Abidjan. Il dirige le Chœur Vox Christi International depuis une dizaine d’année, après avoir mis sur pied au début de la décennie 90, la Maîtrise de Yopougon. 



Dr Anoha imprime ses marques à Vox Christi


En 2004, il décroche  un doctorat de musique à l’université Paris-Sorbonne. Sa thèse de doctorat en Histoire de la Musique et Musicologie  s’intitule comme suit : L’Influence du rythme africain sur le Christianisme : Le cas de l’Eglise catholique de Côte-d’Ivoire (Vous pouvez commander ici http://bit.ly/16PUyS1 ). Cette thèse  traite des problèmes liés à l'inculturation du Rythme africain et surtout de ses conséquences sur la dynamique pastorale des églises chrétiennes en Côte d'Ivoire.  Elle a été dirigée par le  Professeur en Ethnomusicologie analytique François Picard.

A la fin de ses études en France, Il décide de rentrer en Côte-d’Ivoire pour relever le chant choral qui a  toujours été sa passion, malgré les offres alléchantes qui lui aveint été faites dans l’Hexagone. Il a écrit plusieurs compositions pour l’église catholique ivoirienne.  Ses chants sont interprétés par beaucoup de groupes musicaux religieux. Son savoir-faire musical lui a valu une plage horaire à Radio Espoir, où il faisait part de l’Histoire de la musique e des techniques vocales. Il participe à plusieurs conférences et séminaires organisé à travers le monde pour partager son savoir et son expérience dans la musique.

Aujourd’hui, l’enseignant-chercheur  est à la tête d’un Laboratoire de Musique, Musicologie et Anthropologie comprenant un studio d’enregistrement. A 55 ans, Dr Dominique Anoha  envisage de mettre sur pied une Université des Arts et des Lettres à Abidjan et plus tard de l’établir dans la sous-région.




Rémy MALLET
Journaliste-Blogeur
www.dakaroiseries.wordpress.com



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

T'en dis koi?